Skip to main content

Site internet du camping Au Lac de Biscarrosse

Yo! Nous avons lancé les confettis ! Nous sommes ravi de partager avec vous le nouveau site Web brillant et scintillant pour le camping #aulacdebiscarrosse… Nous avons hâte de continuer à enrichir ces galeries photos au cours des prochaines semaines… et de savoir pour quel type de site internet vous souhaitez de l’aide !
Rendez-vous sur : https://camping-lac-de-biscarrosse.com

Exposition temporaire « Banditi, Brigandage et banditisme Corse-Italie • 1600-1940 »

Qui est le bandit ? D’où vient-il ? Qu’est-ce qui a fait de lui ce hors-la-loi à la fois craint et admiré par ses contemporains ? Différences de classes, résistance au pouvoir, refus de sa condition sociale, soif de révolution, il y a autant d’hommes que de bandits. De cette époque Corso-génoise du début du XVIIe siecle jusqu’au milieu du XXe siècle, le musée de Bastia propose une plongée dans l’univers du banditisme corse et italien afin de mieux comprendre ses origines, ses mécanismes, son mode de vie, et son déclin progressif à travers plusieurs types de bandits : d’honneur, social, vengeur, fanatique et révolutionnaire, idéologique…
Montrer également le folklore du bandit à travers des identités ancrés dans la culture populaire, et son acculturation depuis qu’elle est romancée et que son image est réinterprétée par la société. L’histoire du bandit est alors réécrite par la classe dominante, relayé par l’art, jusqu’à devenir un être quasi mystique, empreint de surnaturel, de superstition.
Enfin, présenter le déclin du banditisme grace à une grande volonté politique de la France et de l’Italie jusqu’au début du XXe siècle où, loin d’avoir disparu, le banditisme amorcera sa transition vers de nouvelles formes de criminalité qui nécessitera une forte adaptation du pouvoir en place.

Présentation du parti pris graphique

Mettre à l’honneur une personnalité comme le bandit ou éventuellement le brigandage corso-italien sur la période allant du XVIIe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle, c’est passer par une réinterprétation engendrée par l’inconscient collectif. Que le bandit soit au grand cœur, d’honneur, révolutionneur, vengeur ou simplement malhonnete par nature, il est avant tout une forte personnalité, qui doit être au centre du visuel, au premier plan.

Le traitement graphique, les inspirations

Que ce soit à cause de la période choisie, de la personnalité du sujet ou encore de notre connaissance des bandits par de très anciennes photographies en noir et blanc, notre référence collective nous oriente spontanément vers des affiches cinématographiques de western ou de peplum; un fond passé, souvent sépia, le personnage principal fier et héroïque au premier plan, éventuellement réinterprété à l’encre ou au fusain.

Le sujet

Plus intime qu’une scène générale de brigandage, le visuel devrait passer par l’individu lui-même, pas par le portrait d’un bandit en particulier mais par l’idée même du bandit, choisir un inconnu ou représenter un mélange du genre; Il devrait être présenté en position de réaliser son crime, juste avant qu’il agisse, la seconde qui précède le passage d’un homme honnête à celui de brigand, de hors-la-loi, et ainsi capturer notre crainte de l’inconnu, car la force quasi mystique du bandit n’est pas dans son acte, mais dans le fantasme de son acte. On peut retrouver cet effet dans de nombreuses affiches comme celle de Roger Kaste illustrant l’instant qui précède l’attaque d’un requin blanc (Jaws), comparaison hasardeuse mais d’une redoutable efficacité…
Idéalement, le bandit devrait se positionner de face, légèrement courbé, le fusil ou le pistolet pointé en avant, avançant lentement, prudemment et à l’affût, d’un pas feutré prêt à bondir sur le spectateur afin de le détrousser, et ainsi faire ressentir au contemplateur contemporain du visuel ce que l’imaginaire populaire a fait ressentir à la bonne société depuis toujours, un mélange de peur et de fascination…
Nous ne sommes plus là dans l’interprétation stricto sensus du thème principal de l’exposition qui vise d’abord à présenter les mécanismes ‘historiques’ du brigandage et du banditisme, mais il s’agit de créer une représentation fantasmée bien que proche de la représentation populaire du bandit, un visuel accrocheur et racoleur qui garantisse une bonne fréquentation de l’exposition.

 » Il n’y a pas de meilleur gendarme que celui qui a été bandit.  »
Emil Michel Cioran

Communauté de communes du Sud Corse – Portail web

Créée au 1er janvier 2014, la Communauté de communes du Sud Corse est le troisième établissement public de coopération intercommunale (EPCI) de Corse après Ajaccio et Bastia.
Située à la pointe sud de la Corse, elle regroupe sept communes : Bonifacio – Figari – Lecci – Monacia-d’Aullène – Pianottoli-Caldarello – Porto-Vecchio – Sotta pour une population totale de 20 700 habitants. Aujourd’hui, l’intercommunalité met en ligne son portail internet.

À découvrir sur www.cc-sudcorse.fr

Cœur d’Artichaut : Fleuriste à Bastia – Communication globale B.Martin / M7creation

Une ambiance chic et cosy pour cette nouvelle enseigne de Fleurs à Bastia. Regroupant fleurs, plantes et décoration, ce spécialiste de l’évènementiel vous promet une belle aventure sitôt le seuil franchi ; Fleurir tous les évènements de la vie, décorer vos intérieurs, ornementer vos vie de plantes magnifiques, prodiquer des conseils experts, c’est la promesse de cette amoureuse du métier.

Musée de Bastia : Exposition temporaire ‘Identità, les corses et les migrations : XVIIe-XXIe siècle’ – Graphisme B.Martin / M7creation

Émigrer… Quitter ses racines, son pays, ses parents et amis, sa maison, son travail, quelle soit voulue ou subie, pour des raisons familiales, économiques, politiques, médicales, psychologiques, l’émigration reste un arrachement de ce que l’on est – c’est à dire notre identité – à ce qui nous a fait…

Ce qui transparait dans ce visuel c’est l’instant clé de cette émigration vécue par une multitude de Corses comme celle de tous les peuples à travers les époques, l’instant précis où l’on abandonne son sol sans se retourner pour ne plus y revenir. L’homme seul dans sa tête, de dos, part vers «l’ailleurs» avec ses quelques affaires, portant dans son ombre, tout le poids de son identité.

La composition nous renvoi vers le début du XXe siècle, dans des couleurs «passées», la tenue vestimentaire de cet émigré le choix du bateau….
Au loin, le navire qui va l’arracher à sa terre, c’est le Cyrnos de la compagnie Fraissinet qui assura le service de 1890 à 1910. Bien sûr les époques se mélangent ce qui accentue encore un peu l’universalité du sentiment migratoire ; et malgré les évolutions dans les transports et la communication qui sont sencé nous rapprocher, nous émigrons juste «plus loin» et «plus vite»…

« le plus grand voyageur est celui qui a su faire une fois le tour de lui-même. » Confusius

Les Villas Verroust : Mise en ligne du site internet

Les Villas Verroust, situées sur la commune de Barbaggio vous accueillent au cœur des vignobles AOC de Patrimonio à quelques kilomètres du golfe de St Florent. Les propriétaires sont tombés sous le charme de cette propriété et des bergeries du XVIII° siècle rénovées par Monsieur Jean Verroust en 1972. À leur tour, ils ont su créer leur univers, alliant matériaux contemporains et le charme des vieilles pierres. Les chambres, au design épuré, conjuguent confort et élégance.

« C’est avec ma fille Angelina que j’ai rencontré pour la seule fois Monsieur Jean Verroust dans sa maison de Neuilly. Quelques photos plus tard et après le récit de son coup de cœur pour la propriété de Barbaggio acquise en 1972 il me confiait ce qui le comblait : l’histoire continue » .

Jean Philippe M.

Les Villas Verroust : J’y vais!